AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [i wanna hold you when i’m not supposed to]

Aller en bas 
AuteurMessage
Eden Belfrey
she carries the ashes of angels in her mouth.
avatar

Messages : 255
Avatar : kane ¦ hershelves.
Multicomptes : hufflepuff princess (freya).
Pseudo : lakhesis, elo.
Age : twenty-eight.
Activité : prima ballerina.
Statut : hot & cold, it's like a fucking roller coaster.
Compte en banque : thanks daddy for the money.
En poche : peppermint gum, keys, phone, and well.. pepper spray.

A BITE OF THE APPLE;
Mood: emotionless bitch.
Connections:
RP: (open fr).

Message#Sujet: [i wanna hold you when i’m not supposed to]   Dim 6 Mai - 23:41




eden belfrey
WHEN HE OFFERS HIS LIPS,
GO FOR HIS THROAT.

nom complet  ◦ La douceur d'une identité légère comme la caresse féminine transie d'amour. Elle frôle la frénésie salvatrice, Eden, de ce murmure presque trop éhonté et honni. Eden l'insolente, le regard faussement prude lancé par-dessus une épaule dénudée. Lieu des délices, un patronyme cinglé d'une signification honni par la marâtre psychorigide. Parce qu'à défaut d'avoir servi d'exemple dissuasif à sa gamine, l'enfant céleste a bifurqué sur le chemin serpentin des inepties de la vie. Elle est aussi Elizabeth, le port de tête altier et la démarche féline. La délégation parentale qui s'appose par un pompeux Belfrey, à la fois si éloquent et éthéré. âge, date et lieu de naissance  ◦ Sa face angélique n'est guère entourée d'une chevelure vipérine, pourtant la Belfrey intronise sans grand mal terreur en un battement de cils. Peau d'albâtre qui invite à la divine flatterie, un épiderme qui n'est nullement marqué par les affres d'un temps peu clément. Elle trime pourtant depuis vingt-huit ans, la damnée, vingt-huit années qui cinglent son âme craquelée. Douce naïade des tréfonds de ce monde putride. Ayant percé pour la toute première fois, la voûte céleste Écossaise, mêlant ainsi des cris et pleurs aux embruns gaéliques. Détentrice d'une date d'anniversaire s'établissant au vingt-cinq octobre, c'est sous le signe du scorpion qu'elle s'abrite. À la fois hypnotique et venimeuse, elle se targue de leurrer son auditoire. Le feu s'entrelace à la manière d’un élixir divin à son carmin. Brasier suprême qui empourpre l’oeil ébène de la princesse au tempérament lunaire.origines et nationalité  ◦ Le myocarde roucoule aux sons des clameurs des highlands, se gorge au gré de la bruine malmenant le loch ness. Mais elle n'a foulé le sol écossais d’Inverness que durant dix années, sûrement les meilleures de sa vie. Elle affiche depuis bien longtemps un accent terriblement new-yorkais, accompagné de la fidèle nationalité américaine. Eden possède le flegme américanisant, la même adulation pour le démesuré. diplôme(s), activité et statut financier  ◦ Diplômée d'une université réputée en communication, c'est une carriériste dans l'âme. Et la belle éprouve le besoin de palper de ses doigts quelque chose de tangible avant tout. Malgré tout, la passion a pris le dessus sur le reste. Au plus grand désarroi de ses parents, qui acceptent difficilement sa destinée de danseuse étoile. Danseuse décrivant un dédale d’entrelacs chimériques sur un parquet. Une petite étoile montante, qui a dégringolé des cieux afin d'illuminer les mirettes des plus curieux. statut civil  ◦ Coeur écarlate, rougeoyant d'un désir inné d'aimer. Seulement la gamine ne peut se résoudre à abandonner ce fougueux à la merci de n'importe quel adonis désireux. L'oiseau se veut donc libertaire, à la fois sentimentalement éparpillé et profondément indompté. À jamais amante de l'inavoué, de ces baisers désirés. C’est lors d’une rencontre, peau contre peau, avec l’un de ces éphèbes que sa suprême paralysie des affections s’amenuise. Anaphrodisie qui ne s’éternise, ô grand jamais. traits de caractère  ◦ passionnée, têtue, capricieuse, casse-cou, électrique, loyale, indépendante, curieuse, rancunière, franche, énergique, intuitive, désinvolte, compétitrice, sulfureuse. quartier résidentiel  ◦ 30 washington st, C'est avec un certain fiel que ses parents ont accepté qu'elle s'éloigne des beaux quartiers trop bien agencés. La voilà au milieu des rues pavées d'artistes. Elle mène une vie de bohème avec pour appartement, un habitat parsemé de bric-à-brac. Mais tout respire le vécu, les souvenirs et c'est ce qui importe le plus.

young hearts spark fire
quelle place tient nyc dans votre cœur et pourquoi ? pensez-vous y passer le reste de vos jours ou envisagez-vous d'emménager ailleurs ? quel aspect de nyc vous représente-t-il le mieux ? citez quelques un de vos endroits favoris. ◦ New York ne surpassera jamais dans son coeur son Écosse natale. Mais il s'agit désormais de son nid, de sa ville d'adoption. L'effervescence s'allie parfaitement à son armature de chair qui frétille sous le besoin inné de bouger sans cesse. Petit électron libre au milieu de cette jungle intuitive et bordée de macadam. quel type de colocataire et/ou voisin êtes-vous ? quels sont les traits que vous appréciez chez vos colocataires et/ou vos voisins ? de même, quels sont ceux que vous ne pouvez pas supporter ? ◦ Eden c'est la tornade que l'on croise dans l'escalier, puisqu'elle ne prend l'ascenseur que par obligation. Celle qui à la hâte, scande un rapide bonjour, et s'empresse aussitôt de se faufiler lorsque la porte du hall manque de se refermer. La voisine pressée et discrète en somme, à virevolter à la manière d'un feu follet et qui évite la moindre querelle. quel est votre american dream ? vos projets et ambitions ? quelle place leur accordez-vous dans votre quotidien ? ◦ elle vit déjà son american dream, celui d'habiter new-york. elle s'épanouit dans cette vie active et ne l'échangerait pour rien au monde.

▸ [bucket list]
faire la tournée des lieux hantés aux usa.
observer des aurores boréales.
abolir les crèmes dans le café pour le prendre noir.
apprendre à jouer de la guitare.
épouser un guitariste.
faire de l'humanitaire.
avoir son diplôme en marketing/communication.
assister à un bal masqué.
faire un tour du monde ou une tournée des festivals.
prendre des cours de danses latines.
apprendre à parler le gaélique et l'italien.
être de meilleure humeur plus souvent.

the good, the bad and the dirty

family ; Belfrey, l'alarmante fortune qui s'amasse à la banque. Une tribu désillusionnée et éphémère, où l'amour s'émancipe des carcans préétablis par une génitrice désireuse de tout contrôler. Les deux seuls bambins du couple Belfrey s'échinent à conforter une mère aux attentes haut placées. À coup de mise à l'épreuve, de paroles acerbes, elle manie l'art et la manière de manipuler ses deux enfants. De leur côté, les gamines réalisent les souhaits de cette usurpatrice qui n'a rien d'une mère attendrissante et bienveillante. Le père quant à lui se tient en marge, et se contente de voyager pour les besoins de la dynastie familiale. Déçu de n'avoir eu aucun héritier digne de ce nom, un mâle dans le but de le seconder. Une spirale infernale qui a eu raison de celle que l'on considère d'enfant terrible. Eden à l'orée de cette nouvelle maturité a décidé d'éclipser les idéologies de la matriarche. Il était désormais révolu ce temps où la gamine avait l'échine courbée, à la merci d'un monstre despotique. Elle est souveraine de son univers, seule détentrice des ses cartes de vie. scotland ; Le myocarde ne bat que pour une seule terre, délice des facéties de l’Histoire et de ses inventions frivoles. Les Highlands, coulent dans ses petites veines bleutées, épousent avec suprématie l’être qui a autrefois foulé ces lieux. La pluie diluvienne même déchaînée n'a jamais perturbé l’osmose parfaite entre la môme et son Écosse natale. Si ce n'est, qu'elle a davantage renforcé leurs liens étroits. Les Belfrey de génération en génération se sont parés de peintures à l'effigie de leur patrie. Douce allégeance, qui n'a pourtant pas empêché certains de poser des bagages dans des contrées plus lointaines. Adieu nuit de pleine lune, là où l'éther règne en maître dans les bois à la réputation ésotérique. Lointaine est l'époque où les constellations rousses sur cette peau à l’opalescence chimérique, semblaient scintiller sous l'influence d'un feu de camp. C'est désormais les grattes ciel qui auréole cet oiseau et le bitume qu'elle foule à chaque enjambée. La crinière a longtemps exulté les embruns iodés, avant d'oublier partiellement à son tour. oh shit, i'm in love ; Irrémédiablement, son coeur était son talon d’Achille. Avec un myocarde comme le sien, se comportant comme une saleté d’éponge à sentiments, Eden s’épuise à rejeter toutes formes d’idylles impromptues. La jolie rose s’écorche bien trop souvent les doigts sur les épines masculines qui bordent ses mirettes de merveilles suaves et théâtralisées. Pourtant bien malgré elle, c’est une spirale sans fin. La brune ne peut guère remédier à ce péché charnel qui la tient au creux de ses mains. À jamais hypnotisée par ces enfants d'Apollon, Eden s’attache et se délie tout aussi rapidement de ces adonis aux moeurs effarantes et libertines. Mais depuis peu, le palpitant se gorge de désir pour son meilleur ami. Le bronze de ses yeux s'arrime bien trop impunément à cette silhouette gracile qui a pour habitude de se lover contre elle. Elle a le coeur qui frétille sous les assauts dépourvus de sous-entendus, bien malgré elle. À croire qu'il devient peu à peu son fruit défendu. little genius ; Bien qu’un certain flegme attendri trop régulièrement ses traits de poupée, elle est pourtant doté d’une intelligence remarquable. Mémoire photographique, la gamine retient tout sur tout avec plus ou moins de difficulté selon le taux de caféine ingurgité. C’est un petit rat de bibliothèque, qui s’évertue pourtant à limiter l’étalage de ses facultés d’apprentissage. Elle sera donc la dernière à souffler du bout des lèvres la réponse à une question tortueuse. Et quand bien même elle s'y risquerait, ce sera toujours avec un certain mécanisme aléatoire, faussement sûre de toucher la solution. Un stratagème habile, on ne la soupçonnerait guère d'être plus ou moins un génie, génie du crime assurément. sarcasm : because murder charges are expensive ; C'est avec peine qu'on lui soutirera la moindre phrase mielleuse. Véritable couardise ou simple déficience génétique, sa prédisposition à user de doux termes semble s'être volatilisée. Rupture de stock lors de sa conception. La moindre louange lui vaut ce goût âpre et cendreux dans la bouche, celui que l'on sent après une vérité durement extorquée. La moindre flatterie sera expulsée du bout de la langue, en vitesse et les poings serrés. Eden est un monstre de sentiments. Elle est à jamais marquée par le sceau honni d'une volonté de fer que de se cacher derrière des joutes verbales endiablées et déguisées. À la manière d'un filet de protection, son rempart contre le monde. garden of eden ; C’est ce qui lui a manqué le plus abruptement : la nature. Au milieu du macadam et des pots d’échappement, Eden regrettait amèrement les étendues verdoyantes des plaines des Highlands. Elle a toujours été une petite nymphe des plantes, en osmose parfaite avec la flore. Celle-même qui se régénère sans cesse, malgré la hardiesse des intempéries. Eden en plus d’avoir comme inscrit dans son patrimoine génétique les embruns marins, a également longtemps laissé dans son sillage ce parfum enivrant de fleurs et de terre. Et à défaut de voir ses rêves s’éteindre à petit feu sous les assaille d’une mère manipulatrice, elle fait renaître de leurs cendres tel un phœnix de légendes, toutes ces plantes ayant subi la touffeur du soleil. Alors au fil des années, après avoir passé la plupart de son temps les genoux fermement ancrés dans la terre, son père comme pris par un soudain excès de bonté, lui a fait construire une verrière. Bien après le départ des Belfrey de la maison familiale d’Inverness, l’enfant du printemps s’est toujours échinée à y revenir chaque été aux vacances scolaires. Et comme un cycle sans fin, elle s’affaire à pouponner ses petites protégées, à leur redonner vie, inlassablement. Comme s’il s’agissait d’une étape dans sa vie, ou d’une allégorie de la sienne. Ces fleurs qu’elle sauve du royaume des morts sont son ticket pour la paix. Là où personne ne peut l’importuner, elle tombe le masque et s’accroche à l’espoir qu’un jour elle se transformera en l’une de ces si nombreuses plantes épanouies. Bien loin de l’être qu’elle est aujourd’hui, indéniablement entaché par les espoirs infondés qu’elle a longtemps soutenus sur ses omoplates. Bien loin des attentes qui n’étaient guère les siennes. twinkle, twinkle little star ; Elle pratique la danse classique depuis ses cinq ans. Parce que ça faisait joli, selon sa mère. Et que ça donnait l’occasion à toute la famille de se pavaner lors des galas annuels. En petit tutu rose bonbon et pourtant si peu adroite sur ses deux jambes, Eden a foulé le parquet en prenant plus de dextérité et de grâce au fil des années. Ce qui devait être à l’origine une activité faire-valoir, est devenue une passion pour le petit rat des opéras. Quand les prouesses de l’aînée se sont manifestées, on a songé à inscrire sa sœur dans la foulée. Grossière erreur, cette discipline était sienne, la seule chose qui lui permettait de souffler loin de la folie familiale. À force de cris, de pleurs et de petits souliers lourdement frappés contre le dallage du hall du manoir, les parents ont finalement craqué. Du moins, le père s'est contenté de lever une seconde les yeux de son cellulaire et la mère de lisser la mine froissée qu’elle arborait. Dans les limites du possible, néanmoins, avec un faciès tiré au possible par d’innombrables traitement contre les prémisses des signes de l’âge. Eden possédait enfin quelque chose à elle. Et aujourd’hui sa pair de chaussons ne quitte ô grand jamais son sac, elle en vit désormais de ce qui est aujourd’hui sa passion. hey soul sister ; Elle a toujours su aimer sa sœur d'une façon bien à elle. Certains diront qu'il s'agit là d'un amour sciemment mêlé à de la haine, insufflé par ces histoires sordides de rivalité fraternelle. D'autres, que cet amour, aussi puissant soit-il, la détruit à petit feu. Eden et Quinn ont toujours évolué dans un climat de terreur constante. Qui, notamment, les a poussées à toujours se surpasser et malheureusement, à souvent entrer en compétition. Si les mots lui manquent lorsqu'il s'agit de faire état de ses sentiments, la ferveur avec laquelle Eden a toujours défendu sa soeur -dans l'ombre- prouve l'affection qu'elle éprouve envers sa cadette. Pas un gamin n'a jamais osé lever le doigt sur la jeune Belfrey, ni hausser le ton lorsqu'il est question de mêler son doux patronyme à la conversation. Eden est certes aussi nébuleuse que les ombres, mais sait surtout se montrer féline et sortir les griffes en cas de nécessité. Malgré tout, une certaine maladresse l'a toujours accompagné. Et enfant, elle n'a eu de cesse d'asservir ses pensées folles en expérimentant de petites boutades. Car si son jam, était plus de grimper aux arbres et de galoper contre vents et crachins dans les jardins de la résidence familiale, celui de sa soeur était indéniablement le monde enfantin des poupées et autres babioles bariolées d'une kyrielle de couleurs rosées. La liste des poupées décapitées fut longue. Et celle des oursons faisant le baptême de l'air, davantage. let me fall asleep to the sound of your heartbeat ; Elle n'a jamais aimé une tierce personne plus que nécessaire, car les sentiments éphémères, elle connaît Eden. De sa façon si fugace de dispenser de l'amour à son prochain, les personnes comptant, pour elle, sont à compter sur les doigts d'une seule main. Mais son meilleur ami fait indéniablement et indubitablement parti de l'équation. Dès lors qu'il est question de lui, l'enfant tempête éprouve le besoin constant d'accaparer son attention. Elle se perd dans l'accalmie de cette relation quasi-fraternelle. Une relation qui dure depuis de longues années et offre aux protagonistes un semblant de paradis. Deux âmes sœurs. Ils sont si similaires et à la fois aux antipodes même de l'un et de l'autre. Deux entités qui se complètent et ne peuvent se détacher de l'autre. Comme si leur propre vie dépend désormais de cet alter-ego. Mais depuis le nouvel an, ce serait se leurrer que d'affirmer qu'elle ne ressent que de l'amitié pour l'adonis adulé. Les sentiments se chargent de sous-entendus. C'est désormais, sa convoitise qui consume sa frêle carcasse. Ainsi que cette frénésie folle qui enjôle son bon sens. Elle s'emmêle les pinceaux lors de leurs échanges usant du langage secret qu'ils avaient mis au point étant gamins. Lui, se contente de froncer les sourcils sans comprendre. Et quand elle sursaute à la moindre accolade impromptue, lui en rit, sans comprendre. I never tasted your lips but i believe our souls touched each other and that’s why i still long for your company.


facts ; elle coince des fleurs au milieu de ses livres afin de les faire sécher. ± elle est très superstitieuse sur le plan surnaturel et non pas spirituel. et pourrait même s'improviser chasseuse de fantômes, un jour. ± l'enfant de la nuit rêve de constellations et de poussière d'étoiles. eden est de ceux qui se contentent de peu d'heures de sommeil. elle est également de ceux dont l'imagination fleurit dès que l'astre lunaire surplombe toutes ces petites têtes aux pensées chimériques. ± elle saupoudre presque tous ses aliments de cannelle. ± sa saison préférée restera la période où l'on festoie en décembre. où le froid fouette cette peau albâtre dont une parcelle vient d'être dénudée par cet alizé capricieux. l'hiver et ses flocons. l'hiver et sa beauté glaciale, le temps comme figé par ce doux blizzard. elle aime les patinoires new-yorkaises, les petits étoiles scintillantes qui s'écrasent contre les vitres de son appartement. ± elle collectionne tous ses tickets de cinéma et de concerts, ainsi que ses billets de voyages. ± elle ne refuse jamais un pari, et elle honore toujours ses gages quand elle perd. ± après une journée stressante elle adore boire un verre sur le rebord de sa fenêtre. fille à champagne, et plus occasionnellement du vin rouge.

dreams of another reality
pseudo/prénom  ◦ elo. âge, pays  ◦ twenty-one, fr. avatar  ◦ baby kane. commentaire(s)  ◦ why is gamora? autres/dédicace  ◦ i don't feel so good. What a Face  crédits  ◦ nestha // clementine von radics.



Dernière édition par Eden Belfrey le Jeu 31 Mai - 13:45, édité 35 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Belfrey
she carries the ashes of angels in her mouth.
avatar

Messages : 255
Avatar : kane ¦ hershelves.
Multicomptes : hufflepuff princess (freya).
Pseudo : lakhesis, elo.
Age : twenty-eight.
Activité : prima ballerina.
Statut : hot & cold, it's like a fucking roller coaster.
Compte en banque : thanks daddy for the money.
En poche : peppermint gum, keys, phone, and well.. pepper spray.

A BITE OF THE APPLE;
Mood: emotionless bitch.
Connections:
RP: (open fr).

Message#Sujet: Re: [i wanna hold you when i’m not supposed to]   Mar 8 Mai - 11:02

darkness hovered softly

Isn't it lovely, all alone
Heart made of glass, my mind of stone
Tear me to pieces, skin to bone...
Les doigts de sa mère s’insinuent au creux de sa chevelure d’obsidienne, elle trace de longues traînées sinueuses dans le but d’amadouer cette crinière frivole. Cela ne relève en rien d’une tendre caresse maternelle visant à rassurer l’enfant qui se lorgne dans le miroir plain-pied. L’effleurement est sec et parfaitement bien rodé. Il a pour simple but de modeler à sa guise une image qu’elle exige et estime parfaite en tout point. La gamine est une poupée de chair qu'Ève s’évertue à asservir à ses sombres machinations. « Eden, relève le menton immédiatement. » La requête suinte d’autorité, le timbre doucereux n’a jamais que survoler brièvement les mots prononcés par cette mère de fortune. À jamais geôlière de cette princesse orageuse. Mais bien loin des machineries de sa génitrice, Eden désobéit et manque à satisfaire une fois de plus celle qui la foudroie désormais de ses prunelles. Soudainement, l’air siffle entre ses dents serrées lorsque sa génitrice enserre de ses griffes son frêle poignet. La prise se fait brutale et le regard de la marâtre, cruel et calculateur. C'est une mise en garde silencieuse et la môme n'a guère besoin d'une seule parole prononcée pour comprendre tout à fait la teneur de cette menace. « J'étais ailleurs, navrée. Ça ne recommencera plus. » Un rictus conquérant pour seule réponse, Ève s'assagit et tend la touche finale ; un tube de rouge à lèvres carminé. D'un commun accord, la Belfrey se retourne vers la surface miroitante et applique une couche de maquillage sur ses lippes. L'inspectrice jamais très loin, elle s'affaire à ajuster les vêtements de sa vitrine sur pattes, puis sort de cette chambre aseptisée. Avant de la quitter à son tour, la brune se risque à estomper la couleur sanguinolente. Fatale erreur qui lui vaudra d'être réprimandée.

And what the hell were we?
Tell me we weren't just friends
This doesn't make much sense...
Les festivités battent leur plein, le décompte commence. Une année touche à sa fin, immédiatement remplacée par une énième. Un cycle sans fin, à l'image de son amitié avec lui. Une relation avec plus de hauts que de bas, depuis son emménagement à New york. Et jusqu’à maintenant, elle ne l’avait jamais regardé avec des yeux de fille. Eden avait été comme immunisée, incapable d’arrimer son regard à la silhouette de son meilleur ami tout en ayant des pensées dépassant le stade de l’amitié quasi fraternelle. Pourtant, sous cette branche de gui et les doigts profondément agrippés à la veste du garçon, les résolutions de la gamine s’étiolent. Ce soir-là, lorsque le ténébreux se penche sur l'enfant tempête, toutes ses certitudes s'envolent dans un recoin de sa boîte ivoirienne. Beaucoup trop impunément. Sans même crier gare, le myocarde se met à jouer une symphonie quasi entêtante. Et le souffle qui effleure sa joue échauffée, provoque une mélopée à la fois divine et brûlante dans tout son être. Sous le joug de ce baiser amical, né un désir bouleversant capable de ravager tout un univers. Comme autant d'étoiles pleuvant sur son épiderme embrasé, Eden est presque certaine que leur relation vient de prendre un nouveau tournant. Malgré un simple baisé apposé sur sa joue, en tout amitié, les deux comparses sont à jamais changés. Sans même que son meilleur ami n’est vent du combat qui assaille sa moitié. L’âme de la Belfrey est désormais cinglée par cet amour qu’on dit à sens unique, comme frappé par la foudre contre sa volonté. « Bonne année, kitten. » Qu'il lui souffle au creux de l'oreille, berçant ainsi, d'illusions celle qu'il tient entre ses bras.


you're like snow,
beautiful but cold...
Le rire tient plus de l'aboiement que de ce son cristallin et fluet que l'on attribue aisément à cette nymphette à l'ossature fine et gracieuse. Et sa réaction se veut amère, car l'enfant est profondément agacée par l'intrusion intempestive de celle qui relève davantage du cauchemar à ses yeux, que d'une mère. Toutefois, ce ne sont pas des poings qui se réverbèrent contre les murs, mais des mots, ceux d'une propriétaire qui frissonne de colère. Ses mains sont serrées et ramenées fermement le long de son corps qui tremble sous les relents de l'affront qu'elle vient de lancer. « C'est terminé, j'en ai ma claque de jouer le pantin. » Le temps que l'information monte au cerveau de la fausse blonde peroxydée qui se tient face à elle, Eden amorce un pas vers la porte d'entrée de cette bâtisse qu'elle avait un temps appelé home. Un moment de flottement qui permet à chacune d'assimiler la teneur même des propos tenus par cette petite tornade brune. Un échange flou et sordide, qui ne dure guère très longtemps. C'est la fureur qui prend le relai lorsque cette main maternelle s'abat contre la joue de la princesse révoltée. Une fois encore, le silence prend le pas sur tout le reste. La Belfrey est tétanisée dans un mouvement de recul, la main posée sur cette chair meurtrie. Avant que sa voix ne tinte une énième fois amèrement, un amoncellement de perles translucides s'amasse aux coins de ses grands yeux de biche effarée. « Je t'ai toujours détesté au fond.. » Ces mots sont blessants et visent d'une justesse bien trop précise le cœur pris pour cible. Aujourd'hui, une porte se renferme et un nouveau faussé se creuse. Mais c'est avec la tête haute que repart la môme. En un sens, elle se sent plus légère.

_________________
you can break my heart in two, but
when it heals it beats for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[i wanna hold you when i’m not supposed to]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LATE NIGHT TALES. :: II. // A BITE OF THE APPLE :: NUGGETS FOR WISDOM :: WE GOT MARGARITAS COLDER THAN YOUR EX'S HEART-
Sauter vers: